Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil

 15 et 16 septembre 2018

 Programme national

Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 France   Yonne (89) 
Journées du Patrimoine
Publicité

Église Saint-Germain (Lamefel)


Publicité


 Agrandir le plan
 


Publicité

Publicité

 

Eglise Saint-Germain
La Ferté-Loupière (89)

Église Saint-Germain - la Danse macabre
Église Saint-Germain - la Danse macabre (doc. Lamefel)

Au programme pour ces Journées du Patrimoine 2018

Visite guidée de la Danse Macabre

L’église de La Ferté-Loupière :Les peintures murales :Les peintures murales s’étendent sur le mur gauche de la grande nef, au-dessus des trois premières arcades. Ce ne sont pas des fresques, au sens technique du mot, mais des peintures exécutées sur un enduit sec.Elles ont été découvertes en 1910 par le Marquis de Tryon-Montalembert, châtelain de la Vieille-Ferté. Un badigeon les recouvrait et personne ne soupçonnait leur existence.En 2009, elles ont été honorées par l’Académie des Beaux-Arts qui leur a attribué le Grand Prix Prince Louis de Polignac.Cette vaste décoration murale comporte quatre sujets :En haut, "le Dit des trois morts et des trois vifs" et la "Danse Macabre", accolés l’un à l’autre et s’étendant à la manière d’une longue procession de 25 mètres de long sur près de deux mètres de haut. Au-dessous, deux autres peintures de dimensions plus réduites : "Saint-Michel terrassant le démon" et une "Vierge de l’Annonciation".Chacun d’eux est centré sur l’idée de la mort, exprime des idées particulières et fait entendre les leçons qui lui sont propres, comme une symphonie à quatre mouvements, représentant les pensées profondes du peuple à la fin du Moyen-Âge sur la mort vue à travers la piété chrétienne.La précision du dessin, la fraîcheur et la variété des couleurs, ajoutent le charme des yeux à l’intérêt de la leçon. Cette douce harmonie d’ocre, de violet, de rose, de vert, de terre de Sienne et de terres d’ombre, habilement disposés, en font des peintures bien supérieures à d’autres par leur parfait état et la beauté de leurs coloris.Date et origine :Ces peintures ont été exécutées vers la fin du XVème siècle ; l’orchestre macabre apparaît en 1486 dans l’édition troyenne et la popularité de ces images, qui se vendaient dans les foires, se développa surtout après 1490.

Ce qu'il faut savoir :

L'église Saint-Germain de La-Ferté-Loupière a été construite au tout début du XIIème siècle. De cette église primitive, il subsiste notamment le magnifique porche d’entrée de pur style roman et, de part et d’autre dans la nef principale, les trois premières arcades en plein cintre. Sur la croisée des transepts, prolongeant l’ascendance des toits de tuile, s'élève une fine flèche d'ardoise.
L’église est classée aux Monuments Historiques ainsi que ses remarquables peintures murales et une cloche datant du XIVème siècle.
Au fil des siècles, les constructions se sont élevées par superpositions :
Aux XIVème et XVème siècles, une église gothique fut élevée sur un second niveau. Détruite avec la ville lors de la Guerre de Cent Ans, l’église fut à nouveau relevée par Pierre de Courtenay dans le style ogival flamboyant de l'époque : ainsi les dernières arcades sont-elles de forme ogivale, de même que les fenêtres de la façade où l’on peut encore remarquer quelques vestiges des vitraux primitifs. Dans le chœur, un reste de vitrail représente les armes de ce seigneur avec celles de sa femme, ce qui permet de penser que la reconstruction de l’église se fit entre 1471, date de son mariage avec Perrine de la Roche, et 1504, date de sa mort. Toutes les arcades s’appuient sur les piles en grès de l'église romane, environ à 1,20 m du sol, car le dallage d’origine se trouve enfoui à deux mètres de profondeur. Les chapiteaux des piliers sont ornés de motifs géométriques, de volutes et de décorations végétales.
Au XVIIème siècle, l'édifice connut une troisième élévation et de nouvelles transformations, comme la surélévation de la voûte de la nef principale, l’élargissement et le rehaussement des bas-côtés, ainsi que l’éclairement par la lumière naturelle à travers des fenêtres à arc bombé.
Au XIXème siècle, les voûtes du chœur et celles des deux chapelles furent remplacées par les voûtes à berceau actuelles, beaucoup plus hautes ; leurs fenêtres furent alors aveuglées, tout comme celles de la nef. Près de celle qui éclaire le bas-côté droit se trouve une porte basse avec son linteau orné d'un arc en accolade. Derrière l’autel dans le chœur, la grande verrière du fond présente un vitrail réalisé en 1889. Signalons enfin le magnifique escalier à vis du XVème siècle dans la chapelle de gauche.
L'église abrite une exceptionnelle Danse Macabre parmi les rares danses existant en France. Elle est précédée d'un Dict des Trois Morts et des Trois Vifs. Sous cet ensemble qui occupe tout le mur nord, ont été représentés un Saint Michel terrassant le Dragon et une Vierge de l'Annonciation. Ces quatre peintures murales remontent à la fin du XVème siècle et au XVIème siècle. La Danse Macabre se développe sur 25 mètres de long et met en scène 42 personnages. Elle s’ouvre sur un écrivain assis qui enregistre les personnages sur son parchemin. Viennent ensuite trois squelettes musiciens qui rythment une terrifiante sarabande. Puis le cortège défile, formé de 19 couples de Vivants, chacun escorté par son Mort. Cet ensemble de clercs et de laïcs représente toute la hiérarchie sociale de l’époque. Les Vivants se détachent sur un fond blanc, vêtus de costumes colorés aux harmonies d'ocres, de terres, de verts, de roses et de violets. L'expression des visages reflète la peur des Vivan ts face à leur mort grimaçante. La Danse Macabre délivre un triple message : la mort est inattendue, inévitable et surtout, elle rétablit l'égalité entre tous les hommes.
Dès 1911, les Monuments Historiques classaient l’église de La Ferté-Loupière et ses peintures murales. En 2009, celles-ci valurent à la commune d’être la lauréate du Grand Prix de la Fondation Prince Louis de Polignac.

1 photo pour Eglise Saint-Germain

Église Saint-Germain
Église Saint-Germain
(doc. Lamefel)
 

Publicité

Distinctions, labels :

Monument Historique.
Grand Prix 2009 de la Fondation Prince Louis de Polignac.

Accès :

Yonne

Journées du Patrimoine 2018 - horaires :

samedi 15: 11h30 à 12h30, 16h30 à 17h30, dimanche 16: 11h30 à 12h30, 16h30 à 17h30

Église Saint-Germain de la Ferté-Loupière
Place de l'Église
89110 La Ferté-Loupière
Consulter le site Internet
Tel : 03.86.73.14.87

Guide Tourisme France

Informations détaillées extraites du Guide Tourisme France :

- consultez aussi la fiche Eglise Saint-Germain

- consultez aussi la fiche du département de l'Yonne

 France   Yonne (89) 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine