Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil

 21 et 22 septembre 2019

 Programme national complet 2019

Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 France   Loire-Atlantique (44) 
Journées du Patrimoine
Publicité

Maison de Bob Destiny (Yalta Production)
Maison de Bob Destiny
(doc. Yalta Production)


Publicité


Publicité

Publicité

 
Publicité

Maison de Bob Destiny
Clisson (44)

Au programme pour ces Journées du Patrimoine 2019

Exposition sur la vie de Bob Destiny,auteur, compositeur, chanteur, musicien américain, chorégraphe et chef d'orchestre

Exposition dans la maison où Bob Destiny a passé les 15 dernières années de sa vie

Ce qu'il faut savoir :

Bob Destiny - Ralph Philip Brown - 1933-2016
L'enfance : 1933-1951
1933-1937
Bob est né à San Juan de Porto Rico d'un père noir originaire d'Alabama et d'une mère portoricaine à la peau claire, dans des conditions peu banales. Sa mère se trouvait dans un train, qu'il a fallu arrêter en gare pour sa naissance.
Ils mènent une vie misérable dans une cabane rudimentaire. Il dort à même la terre et sa principale amie est une petite souris avec qui il partage ses repas.
Ses parents (et surtout ses grand-mères) lui transmettent 2 cultures, l'une Catholique et l'autre Baptiste.
Bob racontait qu'il était effrayé par les chants de gospel durant les premières cérémonies baptistes auxquelles il avait assisté.
Ce qui explique peut-être que, quelques années plus tard, lors de son baptême , il était parti en courant en joli costume blanc avant la cérémonie.
Il a 2 soeurs plus âgées, Rosa, l'aînée, à la peau claire, et Martha, aussi noire que lui et dont il est très proche.
1937-1951
Bob et sa famille arrivent vers 1938 à Harlem, et fréquente avec sa grand-mère l'église Baptiste où il devient soliste de la chorale.
Il est cireur de chaussures à Grand Central Station à New York.
Pour attirer les clients, il fait des claquettes, met du gros sel sur des cartons au sol pour que ses chaussures fassent du bruit.
Un chasseur de talents le repère et le prend dans un spectacle de claquettes, " The five Chocolate Drops ", qui tournera pendant 5 ans aux Etats-Unis.
Le groupe participe à un casting pour un film avec Shirley Temple.
Un jour, alors qu'il regarde avec envie les chaussures vernies noires et blanches d'un "˜caïd' de la drogue, ce dernier lui propose de lui en offrir une paire pour l'attirer dans son trafic. Heureusement, il en parle à sa grand-mère, qui va au rendez-vous à sa place, sauvant Bob d'un avenir incertain.
Bob et sa famille restent environ deux ans à Harlem, et partent pour Orange (New Jersey) en 1939.
Avec l'argent gagné lors des tournées, ses parents y achètent un appartement.
Sa maman fait des ménages dans une église et dans une maison bourgeoise de blancs.
Le pasteur de l'église locale lui enseigne les rudiments de l'harmonium, et du piano qu'il travaille assidûment.
Sa mère lui déniche un vieux piano pour qu'il s'entraîne à la maison.
Lorsque sa maman travaillait chez les blancs, Bob pouvait jouer dans la cour, et entendre, par la fenêtre, la patronne jouer au piano les grands classiques. Rentré chez lui, de tête, il rejouait ce qu'il avait entendu.
Un jour, la dame, intriguée par ce gamin attentif, lui permet d'entrer pour tourner la manivelle de son nouveau phonographe.
Son père trouve du travail dans une blanchisserie, payé 15 la semaine. Il aime les sports violents, particulièrement la boxe.
Bob est scolarisé mais souffre en permanence de la ségrégation, notamment dans le bus où lui et sa mère subissent de nombreuses brimades.
A cette époque, les blancs s'assoient devant, et les noirs ont l'obligation d'être à l'arrière. Sa mère, bien que blanche de peau, s'assoit avec lui à l'arrière, supportant les regards réprobateurs des deux communautés.
1940-41
Janvier 1940 : publication d'un article de journal élogieux sur sa soeur Martha, chanteuse alors âgée de 9 ans.
Dans cet article, Wilson Lamb, professeur de musique, ne tarit pas d'éloges sur les aptitudes vocales de Martha. " Cette jeune fille possède à un degré important la qualité qui différencie les grandes voix de celles des chanteuses ambitieuses ".
Il est à noter que c'est Bob qui avait été initialement pressenti pour l'audition mais n'avait pas été retenu en raison de son jeune âge.
1945
Dès l'âge de 12 ans, Bob vit en complète autonomie.
1947
En octobre 1947, Edith Piaf et les Compagnons de la Chanson se produisent au Waldorf Astoria de New York.
Cet établissement est interdit aux Noirs. Bob va avoir 14ans.
Son impresario le déguise en prince hindou et le confie à un couple de riches texans qui l'emmènent voir le spectacle.
Il exerce par la suite de nombreux petits jobs entre la musique et la cuisine.
A 15 ans, il se voit affecté à vie par la perte de sa soeur chérie Martha.

1951-1969
Il adopte le nom de Bob Destinee (nom de jeune fille de sa grand-mère) qui deviendra Destiny un peu plus tard.
1951
Il commence à jouer, chanter et danser à Broadway, et ce, par intermittence jusqu'en 1969.
Autodidacte au piano jusqu'à 19 ans, il commence à étudier sérieusement la musique et les arts du spectacle à son entrée à l'école des arts dramatiques de théâtre et au conservatoire de Boston, où ses professeurs le distinguent comme un élève remarquable.
Bob Destiny entre tout naturellement dans le circuit professionnel de la musique et de la danse aux Etats-Unis. On le retrouve à New York dans des clubs de jazz comme le Cotton Club, le Blue Note ou le Copacabana.

1952
Il part faire son service militaire dans la Navy sur un porte-avions. Les marines noirs travaillent en cuisine.
Dans un couloir, traînait un vieux piano sur lequel Bob jouait souvent.
Le capitaine ayant appris que les messes n'étaient plus chantées, faute de pianiste, lui demanda d'animer les différents offices religieux en attendant la venue d'un musicien blanc.
Un jour, Bob a démarré sur une tonalité trop haute, mettant le pasteur et les fidèles dans l'obligation de pousser leur voix au delà du possible. Il en riait encore en le racontant.
1953
A son retour à Orange, il va voir son père qui le reçoit pour dîner puis part travailler dans des piano-bars. Au petit matin, il trouve les volets fermés, les serrures changées et aucune trace de son père, qui désapprouvait son travail.
Bob avait pourtant payé la maison avec les gains des "˜Five Chocolate Drops'.
Sa mère ayant quitté son père, est coiffeuse dans le New Jersey, le voilà donc obligé de se débrouiller seul.
Il s'installe dans un petit appartement près de Times Square à Manhattan.
1954
A Boston Bob joue le rôle d'un militaire dans le film ''Carmen Jones'' d'Otto Preminger. Dorothy Dandridge, actrice noire reconnue, et compagne du réalisateur, en est l'actrice principale et obtient une nomination aux Oscars pour ce film.
Un jour, Dorothy ose tremper un pied dans l'eau de la piscine d'un palace. Le lendemain, effarée, elle voit de jeunes employés noirs la vider et la nettoyer !

1954-55
Bob rencontre Billie Holiday.
Alors qu'il interprète les standards de la grande chanteuse dans un piano bar en after night, Billie s'approche du piano et se met à chanter. Il pensait ne jamais la revoir. Quelques mois plus tard, privée de ses musiciens (emmenés par la police), Billie se souvient de ce jeune homme qui connaissait si bien son répertoire. Bob l'accompagne pendant quelques concerts.
Billie était noire et le public blanc adorait l'entendre chanter. Comme les autres gens de couleur, elle devait entrer en scène par la porte de service. Il lui est même arrivé de passer par le monte-charge, au milieu des poubelles.
1956
Il fait la connaissance de Robert Sherman, producteur de disques et impresario de Billie Holiday, grâce à qui il enregistre son premier disque ''The Voice of Bob Destiny'' (où figure Kalenda Rock).
Robert Sherman relate le coup de coeur à l'origine du disque : " la première fois que j'ai entendu Bob Destiny, c'était à l'Oasis Club de Los Angeles. Le public réagissait après chaque chanson. Voix, conception, qualité tonale, tout y était. Mais je sentais qu'il y avait là un artiste profondément immergé dans son travail et d'une grande sincérité émotionnelle ".
Il travaille alors comme danseur et chanteur sous la direction des plus grands, Duke Ellington, Cab Calloway, Cottie Williams, Count Basie, Lionel Hampton.
1957
Il apparaît dans le film ''South Pacific'' en tant que chorégraphe et premier danseur pour les danses africaines.
1960
Il participe en tant que chorégraphe à la préparation du film 'Cléopâtre' de Joseph L. Mankiewickz, qui ne sortira qu'en 1963, en raison des nombreux caprices de l'actrice Liz Taylor.
Bob y incarne un danseur cracheur de feu.
1961
Création à New York de son premier grand spectacle Eso es Harlem, qui devient quelques mois plus tard Harlem USA.
Il fait partie du mouvement des "˜Corps de la Paix' fondé par John F. Kennedy
(logo)
Le spectacle tourne en Europe : en France (où il croise Henri Salvador à l'ABC) ; en Espagne, au théatre Argensola de Saragosse ; au Portugal ; en Italie où il enregistre un 45T - Parle mi de te - pour le festival de San Remo.
1963
En Belgique, Bob est tête d'affiche dans la revue "˜Night and Day Follies'.

1963-1969
Tournées à Broadway et Boston, puis à l'international.

Algérie 1969-1971
L'ambassade américaine à Alger fait appel à Bob pour initier les étudiants à la musique.
Il enseigne la musique au TNA - Théatre National Algérien (photo TNA) Il se produit comme chanteur vedette et participe à la création du premier Festival panafricain avec notamment les chansons Wang-Dang et Mahna, en compagnie de Mahboud Bati (célèbre musicien algérois) et Frank Pourcel.

Maroc 1971-1980
A Casablanca, Bob rencontre Ahmed Maraki, grand trompettiste et accordéoniste marocain, avec lequel il crée différents groupes qui tourneront dans tout le pays : Calypso Carnaval, The Fingers et Soul Africa.
Il est aussi chorégraphe, chanteur et chef d'orchestre dans une troupe qu'il crée à Casablanca, The Dar America Dance Troup.
Il joue et loge au palais du roi Hassan II.

Espagne 1980-1999
Il décide de partir vivre en Espagne où il se produit comme chanteur, musicien et chorégraphe. Au fil des tournées, on le retrouve à Barcelone, Madrid, Séville, Grenade, et pour finir Saragosse où il s'installe pour se consacrer à sa toute première passion, la composition.
L'encyclopédie Aragonaise lui dédie une page en tant qu'acteur important de la Movida (renouveau culturel qui a suivi la mort de Franco) A Saragosse il fonde un orchestre, le Harlem Blues Brass Band avec lequel il se produit dans de nombreux festivals espagnols.
Il crée une importante section de jazz au Centre culturel Tio Jorge et commence dans les années 90 une activité pédagogique importante.
Puis il participe à la création d'une école de musique, Jazz en la Margen.

Sardaigne 1999-2000
Il est sollicité en 1998 pour diriger un festival international de musique en Sardaigne. Il s'y installe en 99, crée une école de musique et forme un nouveau big band, le Dedalo Jazz Band
Il dirige l'école de musique internationale de Samasi.
En 1999, Pauline Jaguelin, présidente des Italiennes de Clisson, fait sa connaissance. C'est le coup de foudre, ils se marient en France le 10 Février 2001.

France 2001-2016
Dès son arrivée à Clisson, Bob rencontre des jeunes musiciens locaux et fonde un big band - Shango Blues Band - qui comptera jusqu'à 22 musiciens.

Liste des concerts
Articles de journaux
Sollicité par la présidente de l'association des Cordeliers, il réalise son rêve en créant Gospel Power, puis Happy Gospel Singers, ainsi qu'une chorale d'enfants, Magic Gospel.
Bob compose, et fait des arrangements de gospels connus.
Articles de journaux

Tout au long de sa carrière et jusqu'à la fin de sa vie, Bob n'a eu de cesse de créer, de former et de transmettre sa passion de la musique et du chant.
Il n'a pas son pareil pour détecter les futurs talents et amener de jeunes musiciens amateurs à un niveau professionnel, avec beaucoup de travail, de rigueur, et sans compter son temps.
Ces musiciens, tout comme les choristes des groupes de gospel ou des spectacles que Bob a dirigés, ont conscience d'avoir participé à de grandes aventures et d'avoir vécu des moments exceptionnels de partage et de plaisir.

1 photos pour Maison de Bob Destiny

Maison de Bob Destiny
Maison de Bob Destiny
(doc. Pauline Jaguelin)
 

Publicité

Journées du Patrimoine 2019 - horaires :

samedi et dimanche de 10h à 18h

Maison de Bob Destiny
50, rue des Halles
44190 Clisson
Consulter le site Internet

Guide Tourisme France

Informations détaillées extraites du Guide Tourisme France :

- consultez aussi la fiche du département de Loire-Atlantique

Publicité
 France   Loire-Atlantique (44) 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine