Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil

 15 et 16 septembre 2018

 Programme national

Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 France   Seine-et-Marne (77) 
Journées du Patrimoine
Publicité

 ()


Publicité


 Agrandir le plan
 


Publicité

Publicité

 

Ville de Meaux
Meaux (77)

Au programme pour ces Journées du Patrimoine 2018

Champs de bataille de la Marne dans le pays de Meaux

La visite s’effectue avec un  autocar au départ de Meaux, place Doumer, devant le Monument aux Mors de l'arrondissement de Meaux.Présentation du monument aux Morts qui permet de faire le lien avec la guerre de 1870 et ses conséquences pour la France, ainsi que les guerres coloniales. Le monument de Meaux fut construit vers 1877, sa symbolique le rattache à la guerre de 1870 (lion de Belfort). Après la première guerre mondiale, il fut transformé pour recevoir le nom des enfants de Meaux tombés pendant cette guerre.Route Nationale 3, en direction de Paris, jusqu’au Monument Gallieni. Evocation de la situation militaire au début de mois de septembre. Le danger qui menace la capitale, Paris. Le rôle que va jouer le général Gallieni, comme gouverneur militaire de Paris.Puis direction Villeroy, on s’arrête devant le monument commémorant Charles Péguy et devant la Grande Tombe où il ses restes sont enterrés avec ses compagnons d’armes.  Ce site permet d’avoir une lecture du paysage : les troupes française qui se déplacent d’ouest vers l’est dans une plaine dégagée, dans de vastes champs de céréales sans clôtures et ouverts. Les Allemands qui occupent les trois collines (Penchard , Monthyon et Montgé-en-Goële) qui se profilent à l’ouest et bouchent l’horizon. De ces positions les Allemands observent sans difficulté le déplacement des troupes françaises et les prennent sous un feu meurtrier.Chauconnin-Neufmontiers, en traversant le village, on peut observer le ru de Rutel petit ruisseau qui va offrir aux Français un abris de fortune sous le feu ennemi. Les événements des 5 et 6 septembre sont abordés pendant le trajet. Participation côté français des régiments de réserves (des gens issus de l’Ile-de-France et notamment de Seine-et-Marne qui se battent sur leur propre terroir) et des régiments de l’armée d’Afrique qui viennent de débarquer en métropole et qui sont envoyés au front sans attendre, composés d’officiers et de soldats français comme les zouaves et de troupes coloniales notamment du Maroc.  Le village lui-même sera évoqué comme l’un de ces villages qui ont subi la dévastation de la guerre, l’exode des habitants, la destruction des bâtiments. L’église transformée en hôpital de campagne. L’architecture typique des fermes briardes y sera également signalée.En montant sur les hauteurs de Penchard, il devient possible de lire le paysage cette fois-ci du point de vue des Allemands, puisque en se tournant vers l’ouest, l’on peut observer l’étendue de la plaine de France qui s’étend vers Paris, où se trouvaient massées les troupes françaises qui défendaient la capitale.Chambry : le cimetière communal de Chambry permet d’évoquer un épisode remarquable de la bataille de la Marne le 6 septembre, où les Zouaves et les Allemands en viennent à se retrancher dans le cimetière successivement en créant des meurtrières dans le mur du cimetière (toujours visibles) et en se battant au corps à corps.  La visite du cimetière militaire allemand et de la nécropole nationale française de Chambry permet d’aborder la question de la mémoire et de la commémoration.A Barcy, arrêt devant le Monument Notre-Dame de la Marne, pour évoquer le rôle joué par l’évêque de Meaux, Mgr. Marbeau pendant les journées de bataille et après dans la commémoration de la bataille de la Marne présentée comme une victoire miraculeuse pour les Français. A Etrepilly, évocation des combats dans les journées de 7 et 8 septembre. Rôle joué par les Zouaves dans la libération d’Etrépilly. Recul progressif des Allemands sur des positions plus au nord. Retour à Meaux en passant par Varreddes et le Monument américain (La Liberté éplorée). Le monument américain offert à la France par les USA en 1932 pour commémorer les deux batailles de la Marne (celle de 1914 et celle de 1918 à laquelle les troupes américaines avaient participée). Description de ce monument et de ses symboles.La durée totale de la visite des Champs de Bataille de la Marne est de 2h00 à 2h30 maximum.

Ce qu'il faut savoir :

La ville de Meaux est "Ville d'art et d'histoire" depuis 1988.


Publicité

Journées du Patrimoine 2018 - horaires :

samedi 15: 10h00 à 12h00

Tarifs, conditions spéciales :

Circuit gratuit dans la limite des places disponibles

Ville de Meaux
Rdv office de tourisme 1 place Doumer
77100 Meaux
Consulter le site Internet
Tel : 01 64 33 02 26

Guide Tourisme France

Informations détaillées extraites du Guide Tourisme France :

- consultez aussi la fiche du département de Seine-et-Marne

 France   Seine-et-Marne (77) 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine