Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER

 France   Essonne (91) 
Journées du Patrimoine

 ()



 Agrandir le plan
 


Publicité


 
Publicité

Domaine départemental de Méréville
Le Mérévillois (91)

Au programme pour ces Journées du Patrimoine 2020

Concert "Mes rêves d'Orient" André Manoukian & Rostom Khachikian

André Manoukian, artiste aux multiples facettes, vient à Méréville: pianiste de jazz, compositeur, arrangeur, auteur et animateur radio et télé, cet érudit de la musique possède également le talent de nous la faire aimer. Avec Rostom Khachikian, maître du duduk, c'est un regard vers ses origines qu'il nous propose. Le duo nous invite vers un Orient rêvé, un paradis perdu, entre Bill Evans et Erik Satie, vers une musique expressive et sensible, portant beau la mélancolie. Une rencontre entre l'Orient et l'Occident "là où s'écrit le jazz". Le duduk est une petite flûte en bois d'abricotier assez peu connue en France, mais véritablement instrument phare du folklore arménien.
Concert proposé par le Département de l'Essonne

Ce qu'il faut savoir :

Méréville, un jardin pittoresque emblématique de la fin du XVIIIe siècle** 1784-1794 : le génie des lieux, Jean-Joseph de Laborde Méréville, c'est avant tout le jardin d'un homme, Jean-Joseph de Laborde (1724-1794). Habile négociant, financier et banquier de la Cour, le marquis acquiert le domaine en 1784 après que le roi Louis XVI l'ait forcé à vendre son magnifique château de la Ferté-Vidame au profit de son cousin le duc de Penthièvre. Mécène et amateur d'art éclairé, il décide de transformer les jardins en un vaste parc paysager " pour rendre Méréville supportable à la vue et à la santé. " La mode est alors aux jardins pittoresques dit aussi jardins anglais dont les tracés sont travaillés de manière à produire les effets d'un paysage naturel ; des folies ou fabriques - constructions architecturales utilitaires et décoratives, viennent ponctuer ces mises en scène de la nature.- 1785-1786 : le dessin du Grand Parc Laborde fait tout d'abord appel à l'architecte François-Joseph Bélanger (1744-1818), auteur des fameux jardins de Bagatelle. Mais l'entente entre les deux hommes se révèle difficile, et Bélanger est écarté du projet au printemps 1786. On lui doit cependant l'aménagement général du jardin : modification du parcours de la Juine, création du Grand Lac, tracé des chemins, choix des plantations et réalisation de certaines fabriques, le Moulin ou le Pont de Roches.- 1786-1793 : les fabriques du Grand Parc et le Petit Parc
C'est le fameux peintre de ruines et paysagiste Hubert Robert (1733-1808) qui lui succède. Ce dernier adopte une démarche artistique originale. A la différence d'un architecte traditionnel, il traduit ses projets en peinture : chaque espace du jardin est conçu comme un tableau naturel, l'un se juxtaposant à l'autre pour former le jardin idéal. Ainsi, entre 1786 et 1789, toutes les fabriques du Grand Parc et les zones d'enrochements sont réalisées. Et Robert de rassurer Laborde sur l'évolution des travaux : " non seulement vous verrez votre tableau achevé, mais vous en jouirez longtemps. Vous le retoucherez peut-être d'année en année... ". Dès lors il se consacre à l'aménagement du Petit Parc – vendu à la fin du XIXe siècle puis loti à partir de 1923. ** XIXe et XXe siècles : fortune et infortunes du domaine
La Révolution précipite la destinée du marquis qui est exécuté le 18 avril 1794 ; ses biens sont saisis. Deux ans plus tard, sa veuve Rosalie de Laborde réintègre Méréville. Mais en 1819, elle choisit de vendre la propriété et plusieurs parcelles du parc ; le château est alors dénaturé et vidé de ses richesses. A partir de 1824, le comte de Saint-Roman tente de redonner une certaine magnificence aux jardins en construisant de nouvelles fabriques, et notamment la Ferme Suisse. Par la suite, le domaine est peu à peu abandonné. A la fin du XIXe siècle, le comte de Saint-Léon acquiert cinq fabriques qu'il fait démonter puis remonter dans son parc de Jeurre - situé aux portes d'Etampes, où elles sont encore visibles. En 1977, le Grand Parc et certaines parties du château sont classés au titre de Monuments historiques. L'année suivante, le Petit Parc est inscrit à l'Inventaire supplémentaire.


Distinctions, labels :

Label Jardin Remarquable (depuis le 7 mars 2019)

Accès :

Rue Voltaire
91660
Le Mérévillois

Journées du Patrimoine 2020 - horaires :

Attention : certaines animations sont supprimées au dernier moment en raison de la crise du COVID - renseignez-vous avant de vous déplacer
Dimanche 20 septembre à 16h

Tarifs, conditions spéciales :

Gratuit

Domaine départemental de Méréville
Boulevard du Général de Gaulle Grille d'Honneur, Méréville
91660 Le Mérévillois
Consulter le site Internet
Tel : 01 64 95 72 76

Guide Tourisme France

Informations détaillées extraites du Guide Tourisme France :

- consultez aussi la fiche Domaine départemental de Méréville

- consultez aussi la fiche du département de l'Essonne

Publicité
 France   Essonne (91) 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER