Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER

 France   Eure-et-Loir (28) 
Journées du Patrimoine

Église Saint-Martin (ASRER)



 Agrandir le plan
 


Publicité


 
Publicité

Église Saint-Martin
Rouvres (28)

Église Saint-Martin
Église Saint-Martin (doc. ASRER)

Au programme pour ces Journées du Patrimoine 2020

Visite guidée de saint-Martin à Rouvres

Découvrez mille ans d'histoire dans une église aux multiples spécificités
Le vocable de Saint-Martin sous lequel cette église est consacrée, permet de penser que la paroisse a une origine fort ancienne, probablement mérovingienne. L'édifice actuel conserve quelques vestiges pouvant remonter au XIème siècle.
La nef principale daterait du milieu du XIème siècle.
Le collatéral situé à gauche, large de cinq mètres, communique avec la grande nef par une arcade en plein cintre, soutenue par des piliers carrés en pierre de grès.
Cette utile addition à l'église date de 1820.
La tour du clocher renfermait autrefois deux cloches, dont l'une a été soustraite par le comité révolutionnaire.
La cloche qui reste pèse 1600 kg, porte le millésime de 1760.
La voûte lambrissée porte plusieurs inscriptions qui rappellent que cette partie de l'édifice a été, sinon détruite, du moins considérablement endommagée au cours de la guerre de 100 ans et restaurée en 1536.
Sur l'une des pierres de la petite tourelle du bas-côté droit, la date de 1565 indique l'époque probable de sa construction.
Les fonts baptismaux sont constitués d'un baptistère de forme ovale sur pied carré du XVIIème siècle.
L'Eglise Saint-Martin de Rouvres présente un ensemble de cadrans solaires, unique dans le département.
On en a dénombré douze voire quatorze si on compte les deux petits, noyés dans les graffiti...

L'église Saint-Martin présente une originalité, qu'elle partage avec plusieurs églises de la région, qui est d'avoir un grand nombre de gravures de type graffiti sur ses murs.
Certains y ont vu la marque du passage de personnages itinérants : pèlerins, compagnons du Tour de France... d'autres pensent que les cimetières entourant presque toujours les églises, faute de place, nécessitaient parfois de "relever" certaines tombes anciennes pour en créer de nouvelles. Les fossoyeurs auraient gravé une petite croix dans le mur de l'église à la destruction d'une tombe chaque fois que les restes d'un défunt étaient dispersés, comme pour en garder le souvenir et assurer la pérennité de la prière en vue de son salut.
Voici 12 points remarquables sur l'Eglise Saint-Martin de Rouvres Classée monument historique depuis le 16 octobre 1992

XIème Siècle
Origine de l'édifice.
La grande nef
Le choeur

Le sanctuaire
Les écrits que l'on trouve sur la paroisse montrent qu'elle aurait été fondée à l'époque mérovingienne (Vème ou VIIIème siècle) alors que l'édifice actuel aurait été édifié au XIème siècle, époque à laquelle il a été placé sous le patronage de l'Abbé du Bec Hellouin.
Il est composé de trois parties d'époques différentes.
L'église est construite en pierre de taille de Vernon et blocs de grès, les pierres provenant probablement du chazal (petite grange) d'un édifice religieux des environs.
XIIIème Siècle
(probable)
La tourelle surmontée du clocher triangulaire

La souche du clocher remonterait au XIIIème siècle. La flèche en charpente couverte d'ardoises aurait été édifiée bien postérieurement.
Le clocher renfermait deux cloches ; il n'en reste qu'une, l'autre ayant été détruite pendant la révolution.
La cloche restante date de 1760 et pèse 1 600 kilos.

XVIème Siècle
(probable)
Les graffitis






Quelques églises de la région possèdent un grand nombre de gravures de pierre de Vernon qui a la particularité d'être tendre (calcaire & silex).
Certains graffitis ont un graphisme identique d'une église à l'autre et leurs significations suscitent plusieurs hypothèses : protection divine, signe de reconnaissance ou mémoire des corps relevés.

XVIème Siècle

La voûte lambrissée


La voûte lambrissée est en plein cintre avec des poutres et des aiguilles apparentes.
La symbolique représenterait l'éclipse de soleil qui s'est produite au moment où le Christ expirait sur la croix, rappelant ainsi qu'il est la lumière du monde.

XVIème Siècle

Restauration de 1565

Le collatéral droit (ou sud)

Un collatéral a été ajouté au sud en 1565 pour répondre sans doute à l'expansion démographique.
Il était prévu qu'il soit couvert de voûtes d'ogives en pierre ainsi que l'atteste le départ de nervures dans les angles des travées.
Ce collatéral ouvrait sur la façade par un portail magnifiquement orné de riches sculptures " Renaissance ", en particulier de dais très délicats qui abritaient, jusqu'à une époque récente, deux statues : la Vierge à l'enfant tenant un oiseau et saint Martin. Ces deux statues ont été placées à l'intérieur pour les soustraire aux intempéries.
XVIème Siècle
Lambris

La voûte en bois lambrissée a été restaurée par plusieurs personnes en 1536 ainsi que l'indiquent les inscriptions peintes à la gauche du choeur. Elles ont été détériorées depuis, pendant les différentes guerres.
Ces inscriptions se composent des quatrains suivants :

XVIème Siècle

La nef latérale droite (ou sud)


La nef porte tous les signes de la Renaissance.
On peut voir la date de 1565 gravée sur une pierre de la petite tourelle.
Les sculptures des contreforts et des fenêtres sont au nombre de dix (ogivales et plein cintre).

XVIème Siècle
La pierre tombale

De tradition gothique, cette sépulture daterait de 1580. Il s'agit de la sépulture d'un couple de nobles, ayant vécu au Château de la Ronce, décédés le vingt octobre 1580.
On peut lire l'Epitaphe suivante : " Ci-gît honorable homme Nicolas Buhot (ou Buot) naît à la Tour en la Vinat ( ?) ... et ... à qui... Et dieu en la maison à la Ronce le vingt° jour d'octobre 1580 aussi git l'honorable femme Denise... et morte en la maison. A la Ronce, le vingt octobre 1580 ".
XVIIème Siècle
Les cadrans solaires


Un ensemble de cadrans unique dans le département : près de quatorze, plus ou moins visibles, dont huit distinctement.
Ils se ressemblent parfois par la forme, les chiffres ou la datation.
Il semblerait que trois artisans aient participé à leur ébauche ou peut-être de jeunes apprentis.
L'un d'eux donne l'heure occidentale et l'heure orientale ce qui est très rare.

XIXème Siècle
Le collatéral gauche ou nord

Sa construction aurait été commanditée en 1820.
Le collatéral est soutenu par des piliers carrés en grès. Ils sont différents de ceux édifiés dans la nef sud (cylindriques).
Insignes
de charitons

Bannière en velours et douze chaperons


Les frères de Charité se sont chargés des inhumations à Rouvres jusqu'à la seconde guerre mondiale.
Créées au XIème siècle, les confréries de charitons (du patois normand " paroissien ") restent spécifiques à la Normandie et plus particulièrement au département de l'Eure.
Ces confréries ont été créées lors de la grande épidémie de peste noire.
Le banc où les charitons siégeaient durant certains offices ou pour tenir leur réunion, est situé dans le collatéral nord et comprend douze places. Les confréries étaient par tradition composées d'autant de membres qu'il y eut d'apôtres.
C'est dans une petite armoire placée dans le dossier du banc que sont conservés les chaperons représentant la Sainte Trinité.

Les Mécènes


L'église a été financée depuis sa création par de nombreux mécènes dont on peut lire les noms sur une plaque édifiée dans la nef.

Ce qu'il faut savoir :

Découvrez mille ans d'histoire dans une église aux multiples spécificités soutenue par la Mission Stéphane Bern et la fondation du Patrimoine.
Le vocable de Saint-Martin sous lequel cette église est consacrée, permet de penser que la paroisse a une origine fort ancienne, probablement mérovingienne. L'édifice actuel conserve quelques vestiges pouvant remonter au XIème siècle.
La nef principale daterait du milieu du XVIème siècle.
Le collatéral situé à gauche, large de cinq mètres, communique avec la grande nef par une arcade en plein cintre, soutenue par des piliers carrés en pierre de grès.
Cette utile addition à l'église date de 1820.
La tour du clocher renfermait autrefois deux cloches, dont l'une a été soustraite par le comité révolutionnaire.
La cloche qui reste pèse 1600 kg, porte le millésime de 1760.
La voûte lambrissée porte plusieurs inscriptions qui rappellent que cette partie de l'édifice a été, sinon détruite, du moins considérablement endommagée au cours de la guerre de 100 ans et restaurée en 1536.
Sur l'une des pierres de la petite tourelle du bas-côté droit, la date de 1565 indique l'époque probable de sa construction.
Les fonts baptismaux sont constitués d'un baptistère de forme ovale sur pied carré du XVIIème siècle.
L'Eglise Saint-Martin de Rouvres présente un ensemble de cadrans solaires, unique dans le département.
On en a dénombré douze voire quatorze si on compte les deux petits, noyés dans les graffiti... L'église Saint-Martin présente une originalité, qu'elle partage avec plusieurs églises de la région, qui est d'avoir un grand nombre de gravures de type graffiti sur ses murs.
Certains y ont vu la marque du passage de personnages itinérants : pèlerins, compagnons du Tour de France... d'autres pensent que les cimetières entourant presque toujours les églises, faute de place, nécessitaient parfois de "relever" certaines tombes anciennes pour en créer de nouvelles. Les fossoyeurs auraient gravé une petite croix dans le mur de l'église à la destruction d'une tombe chaque fois que les restes d'un défunt étaient dispersés, comme pour en garder le souvenir et assurer la pérennité de la prière en vue de son salut.
Les écrits que l'on trouve sur la paroisse montrent qu'elle aurait été fondée à l'époque mérovingienne (Vème ou VIIIème siècle) alors que l'édifice actuel aurait été édifié au XIème siècle, époque à laquelle il a été placé sous le patronage de l'Abbé du Bec Hellouin.
Il est composé de trois parties d'époques différentes.
L'église est construite en pierre de taille de Vernon et blocs de grès, les pierres provenant probablement du chazal (petite grange) d'un édifice religieux des environs.
La souche du clocher remonterait au XIIIème siècle. La flèche en charpente couverte d'ardoises aurait été édifiée bien postérieurement.
Le clocher renfermait deux cloches ; il n'en reste qu'une, l'autre ayant été détruite pendant la révolution.
La cloche restante date de 1760 et pèse 1 600 kilos.
La voûte lambrissée est en plein cintre avec des poutres et des aiguilles apparentes.
La symbolique représenterait l'éclipse de soleil qui s'est produite au moment où le Christ expirait sur la croix, rappelant ainsi qu'il est la lumière du monde.
Un collatéral a été ajouté au sud en 1565 pour répondre sans doute à l'expansion démographique.
Il était prévu qu'il soit couvert de voûtes d'ogives en pierre ainsi que l'atteste le départ de nervures dans les angles des travées.
Ce collatéral ouvrait sur la façade par un portail magnifiquement orné de riches sculptures " Renaissance ", en particulier de dais très délicats qui abritaient, jusqu'à une époque récente, deux statues : la Vierge à l'enfant tenant un oiseau et saint Martin. Ces deux statues ont été placées à l'intérieur pour les soustraire aux intempéries.
La voûte en bois lambrissée a été restaurée par plusieurs personnes en 1536 ainsi que l'indiquent les inscriptions peintes à la gauche du choeur. Elles ont été détériorées depuis, pendant les différentes guerres.
Les frères de Charité se sont chargés des inhumations à Rouvres jusqu'à la seconde guerre mondiale.
Créées au XIème siècle, les confréries de charitons (du patois normand " paroissien ") restent spécifiques à la Normandie et plus particulièrement au département de l'Eure.
Ces confréries ont été créées lors de la grande épidémie de peste noire.
Le banc où les charitons siégeaient durant certains offices ou pour tenir leur réunion, est situé dans le collatéral nord et comprend douze places. Les confréries étaient par tradition composées d'autant de membres qu'il y eut d'apôtres.
C'est dans une petite armoire placée dans le dossier du banc que sont conservés les baudriers représentant la Sainte Trinité.

12 photos pour Église Saint-Martin

Église Saint-Martin
Église Saint-Martin
(doc. ASRER)
Église Saint-Martin
Église Saint-Martin
(doc. Mairie de Rouvres)
Église Saint-Martin
Église Saint-Martin
(doc. Mairie de Rouvres)
Église Saint-Martin
Église Saint-Martin
(doc. Mairie de Rouvres)
Église Saint-Martin
Église Saint-Martin
(doc. ASRER)
Église Saint-Martin
Église Saint-Martin
(doc. ASRER)

Plus de photos sur le Guide Tourisme France


Distinctions, labels :

Classé monument historique 16/10/1992. trente quatre objets, tableaux, mobilier,statues, ont été classés en 2017

Journées du Patrimoine 2020 - horaires :

Attention : certaines animations sont supprimées au dernier moment en raison de la crise du COVID - renseignez-vous avant de vous déplacer
10 heures 30 à 17 heures 30 pour les deux jours

Tarifs, conditions spéciales :

Gratuit

Église Saint-Martin
1, place de l'Eglise, 29
28260 Rouvres
Consulter le site Internet
Tel : 06 21 31 41 47

Guide Tourisme France

Informations détaillées extraites du Guide Tourisme France :

- consultez aussi la fiche Église Saint-Martin

- consultez aussi la fiche du département de l'Eure-et-Loir

Publicité
 France   Eure-et-Loir (28) 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER