Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Journées du Patrimoine - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER

 France   Paris (75) 
Journées du Patrimoine

 ()



 Agrandir le plan
 


Publicité


 
Publicité

Musée Bourdelle
Paris (75)

Au programme pour ces Journées du Patrimoine 2020

Accrochage - Bourdelle devant Beethoven

BOURDELLE DEVANT BEETHOVEN
--En 2020, Beethoven (1870-1827) aura vu le jour il y a tout juste 250 ans. Un quart de millénaire. Cet anniversaire donnera lieu à de nombreuses commémorations européennes, allemandes comme hexagonales. Il revenait au musée Bourdelle de se saisir de cette occasion puisque Bourdelle est assurément l’un des artistes ayant été le plus influencé par la musique, mais aussi par la figure − au sens physique et symbolique −, du compositeur allemand. Fondée sur une identification, cette hantise se traduit par un corpus pléthorique d’œuvres hétérogènes : Bourdelle a réservé quelque quatre-vingts sculptures à Beethoven, mais aussi une vingtaine de dessins et de photographies. Beethoven est un artiste total, maudit, frappé par une surdité que console et sublime une musique enfiévrée. ?
Avec lui, depuis lui, les créateurs auscultent les passions intimes et les noirs profonds, les tourments et les visions, la joie électrique comme l’angoisse métaphysique. Cet avènement du sensible, qui préfigure le romantisme puis bientôt l’expressionnisme, obsède les peintres comme les sculpteurs, tous ces explorateurs de l’âme qui, de l’Autriche au Japon, de la Suède aux États-Unis, revendiquent sans exception la tutelle esthétique du compositeur. Sous le signe de Beethoven, et notamment de son masque pris " sur le vif " − ce moulage fascinant, réalisé sur le visage du compositeur de son vivant −, les artistes cherchent leur voie, souvent intérieure. Dès ses années de formation toulousaines, alors qu’il n’a pas vingt ans, Antoine Bourdelle (1861-1929) découvre la musique de Beethoven et s’identifie tôt à " l’âme du maître ", auquel l’apparentent sa coiffure tempétueuse, sa face sombre et ses hautes aspirations. Si le sculpteur sacrifie parfois aux mondanités pour aller au concert, il confie écouter Beethoven " pleinement de mémoire ", loin de " l’audition constante ", préférant l’approcher par les lectures, les croquis, les photographies et, plus encore, les quelque quatre-vingts effigies sculptées du compositeur qu’il réalise de 1888 jusqu’à 1929, l’année de sa mort, comme autant de variations autour d’un leitmotiv entêtant.
Peuplé de sculptures, de photographies, de dessins et d’archives, le présent accrochage illustre l’histoire d’une obsession, peut-être même d’une filiation, si l’on veut bien relire l’aveu de Bourdelle lui-même : " À mon tour, avec une préméditation tenace, j’ai pris la parole après lui. "

Ce qu'il faut savoir :

Dans les jardins et les ateliers où Antoine Bourdelle (1861 à 1929) a vécu et travaillé, le musée Bourdelle abrite un ensemble exceptionnel de plâtres, de bronzes et de marbres de celui qui fut le praticien de Rodin, le maître de Giacometti, de Germaine Richier et de Vieira da Silva. L'extension réalisée en 1992 par Christian de Portzamparc donne toute sa dimension à l'oeuvre du sculpteur.
UN MUSEE RENOVE POUR TOUJOURS MIEUX ACCUEILLIR SON PUBLIC
Le musée Bourdelle a rouvert ses portes le 3 mars 2015 après un an de chantier, de mars 2014 à mars 2015, dont huit mois de fermeture au public.
Accessible à ses visiteurs à mobilité réduite, il s’est doté d’élévateurs pour accéder à tous les espaces, et d’un cheminement permettant l’accès au coeur du musée : l’atelier de sculpture de Bourdelle et le jardin intérieur. Le pavillon sur rue qui logea dans les années 1900 le jeune Bourdelle et son épouse a été restauré et ravalé à la chaux ; il abrite maintenant les services de surveillance. La galerie sur jardin a retrouvé sa physionomie des années 1950, lorsque le musée venait d’ouvrir.
Le grand hall construit en 1961 pour exposer les plâtres monumentaux de Bourdelle bénéficie désormais d’un éclairage spécifique conçu pour magnifier ces oeuvres majeures.
Répondant à la demande de nombreux visiteurs du musée, un second atelier culturel est désormais ouvert, accessible depuis l’accueil, tout près des collections.
Enfin, on peut redécouvrir l’atelier de peinture de Bourdelle au sein des collections permanentes : il a été repensé et réaménagé au plus près des témoignages photographiques laissés par l’artiste.
Par petites touches, l’identité complexe du 18, rue Antoine-Bourdelle − ancien atelier de l’artiste, ancien lieu de vie de ses proches, devenu musée en 1949, agrandi successivement en 1961, en 1992 − est peu à peu restituée, fidèle à l’esprit du lieu.


Distinctions, labels :

Musées de France

Journées du Patrimoine 2020 - horaires :

Attention : certaines animations sont supprimées au dernier moment en raison de la crise du COVID - renseignez-vous avant de vous déplacer
samedi 19 septembre - 10h00 à 18h00

dimanche 20 septembre - 10h00 à 17h00

Tarifs, conditions spéciales :

Gratuit

Musée Bourdelle
18 rue Antoine Bourdelle
75015 Paris
Consulter le site Internet
Tel : 01 49 54 73 73

Guide Tourisme France

Informations détaillées extraites du Guide Tourisme France :

- consultez aussi la fiche Musée Bourdelle

- consultez aussi la fiche du département de Paris

Publicité
 France   Paris (75) 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER